Pour la pratique du sport, est-ce mieux la diversification ou la spécialisation ?

Le jeu sur le ventre… Où ? Quand ? Comment ?

Bébé DV noir et blanc

L’évidence scientifique actuelle semble préconiser le jeu sur le ventre. Plusieurs bienfaits y sont associés (voir l’article sur le blogue Jouer sur le ventre, une histoire d'amour à développer! ) Par contre, il arrive très fréquemment qu’il soit difficile de l’intégrer dans notre quotidien. Cet article abordera les questions du « où, quand, comment » pour accomplir cette activité.

Premièrement, l’association américaine de pédiatrie recommande de débuter le jeu sur le ventre dès l’arrivée à la maison. Plus le jeu sur le ventre est débuté tôt par petites périodes, plus l’enfant réussira à l’accepter rapidement. Par contre, il faut prendre quelques précautions :

  • Tant que le nombril n’est pas tombé, on doit s’assurer de ne pas tirer sur celui-ci lorsqu’on dépose l’enfant sur le ventre.
  • L’enfant doit toujours être sous-surveillance lorsqu’il est placé sur le ventre.
  • L’enfant doit être mis sur le ventre en période d’éveil

Une question revient souvent : Quel est le meilleur moment pour placer mon enfant sur le ventre ?

Cela dépend beaucoup de l’enfant. La société américaine de pédiatrie a quand même donné quelques exemples de moments plus appropriés.

  • Lors du réveil de la sieste. L’enfant est reposé et en forme ce qui lui permettra de mieux tolérer la position
  • Lors des changements de couche puisque l’enfant est éveillé.

Il ne faut jamais s’empêcher de mettre un enfant sur le ventre suite à un repas par peur qu’il régurgite. Des positions particulières seront présentées à la fin de cet article pour l’aider à ce moment.

Une autre question fréquemment posée est : Combien de temps doit-il passer par jour sur le ventre ?

La durée varie beaucoup selon l’âge. Au départ, on se concentre surtout sur la fréquence. En règle générale, l’enfant devrait expérimenter la position sur le ventre de 5 à 10 fois/jour. Cette recommandation peut être étoffée par une autre établie par la Société canadienne de pédiatrie qui recommande de limiter les activités sédentaires (assis dans une poussette, assis en portage) à moins d’une heure à la fois. Donc, vous pouvez entrecouper ces activités par des moments de jeux sur le ventre. 

En plus, la société recommande un minimum de 30-45 minutes de jeux sur le ventre, en période d’éveil, par jour pour réduire l’incidence de la plagiocéphalie positionnelle.

Finalement la dernière question : Comment puis-je placer mon enfant sur le ventre ?

Voici quelques idées qui vous aideront à inclure cette activité dans votre quotidien. Installer l’enfant :

  • Sur le ventre avec ses avant-bras sur un coussin d’allaitement ou un rouleau de serviette. De cette façon l’enfant est en déclive et a plus de facilité à redresser sa tête. De plus, en raison de la verticalité de la position, les régurgitations risquent d’être moins présentes.                                      IMG_0473 
  • Sur un gros ballon thérapeutique. En plus des avantages du moyen précédent, cette position permet de faire bouger l’enfant d’avant en arrière ou sur les côtés par des petits mouvement du ballon. Cela peut être bien pratique chez les bébés qui adorent le mouvement. 
    IMG_2429
  • Sur le ventre dans les bras de l’adulte. Comme la dernière position, celle-ci nous permet de bouger avec bébé. De plus, cette position est fréquemment recommandée chez les enfants qui ont des coliques ou des maux de ventre. IMG_0501
  • Sur le ventre de l’adulte. Cette position peut être réalisée dès les premiers jours de vie et permet le « peau à peau » avec le bébé. C’est position très réconfortante, aide à diminuer le stress du bébé et contribue à son développement sensoriel.

En conclusion, le jeu sur le ventre est un élément essentiel au développement de l’enfant. En espérant, que ces quelques conseils seront bénéfiques pour que l’enfant expérimente la position ventrale de la façon la plus agréable possible.   

 

L'équipe de la

CPEO_pediatrique_Couleur

www.physioenfant.com

comments powered by Disqus