Jouer sur le ventre, une histoire d'amour à développer!
À l'épicerie on communique!

La bonne posture assise chez l'enfant d'âge scolaire

IStock_000033244374Large

L’importance et la qualité de la posture assise au sol, lors des activités de table (ex. écriture, coloriage, découpage) ou lors de l’alimentation est souvent négligée. Cependant, une mauvaise posture assise peut avoir un impact sur la réalisation de ces différentes activités, entrainer des problèmes de motricité fine, être à l’origine d’inconfort ou de douleurs musculo-squelettiques et avoir un impact sur la concentration de l’enfant.

En position assise, au sol ou à la table, l’enfant devrait idéalement avoir le bassin basculé vers l’avant pour être assis sur les ischions (os sous les fesses) et avoir le tronc bien redressé afin de conserver les courbures naturelles de la colonne vertébrale. Pour ce faire, il doit avoir développé une bonne souplesse musculaire et un bon contrôle postural, soit un tonus et une force musculaire adéquate au niveau de la musculature du tronc ainsi qu’au niveau des muscles entourant les grandes articulations situées près du tronc (épaules, omoplates et hanches). L’acquisition du contrôle postural permet un contrôle plus efficace des petites articulations du poignet, de la main et des doigts, essentiel au développement de la motricité fine et de l’écriture. Si le tronc et les grandes articulations sont stables grâce à un contrôle postural efficace, l’enfant pourra dissocier plus facilement le mouvement entre son poignet, sa main et ses doigts : l’efficacité et la précision des gestes fins s’en trouve donc décuplée. L’acquisition d’un bon contrôle postural permet de plus à l’enfant d’avoir une meilleure endurance dans le maintien de la position assise. Lorsqu’un enfant présente une faible tolérance à conserver la position assise, il a besoin de bouger plus fréquemment en raison de la fatigue qui s’installe et il est par conséquent moins concentré sur sa tâche et sur les consignes qui lui sont données verbalement. Il peut aussi avoir tendance à adopter des postures compensatoires inefficaces pour le soutenir dans les activités de motricité fines. À long terme, une mauvaise posture assise peut entrainer un déficit postural, des déséquilibres musculaires sur le plan de la souplesse et de la force, des patrons de mouvements anormaux, des douleurs au dos et au cou ainsi que des maux de tête.

Voici quelques éléments pouvant vous aider à bien positionner votre enfant lors des activités de table :

  • La hauteur de la chaise devrait être calculée à l’aide de la distance entre le derrière du genou et la base du pied en position assise.
  • Les pieds doivent êtres plats au sol ou sur une tablette et les chevilles doivent être à 90°.
  • Les genoux doivent être à minimum 90° et en ligne avec les hanches.
  • Il doit y avoir un dégagement de trois doigts entre le bord du siège de la chaise et le derrière du genou lorsque votre enfant est assis contre le dossier (le rebord du siège de la chaise ne doit pas être appuyé derrière les genoux de votre enfant).
  • Les hanches doivent être à minimum 90°. L’angle tronc-cuisse recommandé varie de 115° à 135°. Certains auteurs suggèrent également de placer un petit coussin fixe sur le siège, afin d’éviter le glissement vers l’avant.
  • Le dos et les fesses doivent être bien appuyés au fond de la chaise, ce qui permet à l’enfant de basculer le bassin vers l’avant et ainsi préserver les courbures naturelles de la colonne vertébrale.
  • La hauteur de la table doit être d’environ 5 à 7 cm au-dessus du pli du coude, lorsque le bras de votre enfant est situé le long de son corps. La hauteur de la table doit être suffisante pour que les avant-bras soient supportés lors des activités papier-crayon.
  • Il est également recommandé que le plan de travail soit incliné de 10° à 15°, afin de diminuer la flexion du tronc et du cou qui, de façon prolongée, peut causer des douleurs.
  • Dans certain cas, un coussin peut être placé entre le bas du dos de l’enfant et le dossier afin d'offrir un support au dos tout en raccourcissant la profondeur de l'assise.

Pour la position assise au sol, vous pouvez :

  • Encouragez votre enfant à s’assoir en tailleur ou encore avec les jambes allongées devant lui. Il faut éviter la position assise en W (à genoux avec les fesses au sol entre les pieds) car elle peut entrainer certaines déformations au niveau des membres inférieurs.
  • Lui permettre de prendre un appui au mur ou sur un meuble s’il a de la difficulté à conserver la position assise de façon prolongée.
  • Placer l’objet de son attention à la hauteur de ses yeux ou vous placez à sa hauteur pour lui parlez afin d’éviter une extension exagérée du cou, ce qui ne respecte pas la courbure naturelle de la colonne vertébrale et favorise une mauvaise posture avec le dos arrondi et le bassin basculé vers l’arrière.

En tout temps lors de période prolongée en position assise au sol ou à la table, il peut être intéressant de permettre des pauses de quelques minutes où l’enfant peut se lever ou même faire quelques exercices d’étirement. Cela lui permet de se dégourdir et de relâcher la musculature tendue. De plus, lorsqu’il reprendra la position assise, il sera plus attentif aux caractéristiques d’une bonne posture, ce qui l’aidera à intégrer ce concept au sein de ses saines habitudes de vie.

Si votre enfant vous semble avoir une posture inadéquate, qu’il a de la difficulté à réaliser des activités assises soutenues au sol ou à la table ou qu’il se plaint de douleurs au dos, au cou ou de maux de tête, n’hésitez pas à consulter un ergothérapeute ou un physiothérapeute. Ces professionnels de la santé pourront par le biais de différents conseils et exercices favoriser une meilleure posture assise chez votre enfant.

CPEO_pediatrique_CMYK_horiz

www.physioenfant.com

comments powered by Disqus